Logo JeJoueDeLaBatterie.com

Vidéoscore pour la batterie. Vidéos et audios drumless

Est-ce que je peux jouer sans partition?

A l’époque de ma double grosse caisse.

J’étais en seconde lorsque j’allais répéter tous les dimanches dans un local, où étaient entreposés les amplis guitare fait maison, la sono bricolée et ma batterie, avec une double grosse caisse.

Nous abordions, sans aucun complexe, les groupes de l’époque, Black Sabbath, Deep Purple et autres Santana. Nous étions en 1978 ! Je ne connaissais évidemment aucune note de musique et je ne me posais pas la question “est-ce que je peux jouer sans partition ?” car je ne soupçonnais même pas l’existence de partitions pour batterie. Je frappais avec vigueur sur ma batterie, une Royal Star (qui deviendra Tama), en suivant ce que me dictaient mes oreilles. Nous étions jeunes et sans aucun complexe !

Ma première batterie

Jouer d’oreille!

Vous connaissez cette expression, ou” jouer à l’oreille” . Wikihow la définit ainsi:

En musique, l'oreille relative est la faculté de reconnaitre une note en fonction d'une autre préalablement identifiée. En développant cette capacité, le musicien peut rejouer un morceau sans en connaitre la partition. Jouer à l'oreille comporte une partie analytique et une partie pratique, nécessitant d'entrainer son oreille et sa mémoire auditive. Jouer à l'oreille est particulièrement intéressant si vous voulez assimiler plus rapidement les mélodies ou si vous ne connaissez pas le solfège.

Wikihow

Vous remarquez tout de suite qu’il ne parle pas de nous les batteurs ! Mais pour le rythme, c’est exactement la même chose, sauf que l’on n’a pas besoin d’identifier la hauteur de la note, mais d’identifier le rythme que le batteur joue. On écoute la musique et on cherche à reproduire ce que fait le batteur, grâce notamment à notre mémoire auditive. Du coup, on peut se poser la question, tout le monde est-il capable de reproduire un rythme, simplement en l’écoutant? Et bien presque tout le monde. Sauf si vous souffrez d’amusie, vous êtes capable de reproduire un rythme que vous entendez.

L'amusie: qu'est-ce que c'est?

L'amusie  est une anomalie neurologique dans laquelle le rythme, la mélodie, les accords  de musique ne sont pas perçus ou n’ont pas de sens pour une personne d'audition par ailleurs normale. L'amusie peut être congénitale ou résulter d'une lésion cérébrale. Wikipédia

Wikipedia

Rassurez-vous, seul 4% de la population souffre d’amusie congénitale:

Les sujets « amusiques » (peut-être jusqu’à 4 % des humains hors lésions [62]) ne détectent pas les notes fausses dans une mélodie, ne distinguent pas toujours deux mélodies, ne peuvent suivre un rythme (Planet Vie :Comment le cerveau décode-t-il la musique ?)

Planet Vie
les sciences cognitive et la batterie

La musique intéresse beaucoup les chercheurs en sciences cognitives et d’après ce que je comprends, si vous êtes capable de parler, vous êtes capable de reproduire de la musique (sauf cas spécifique). Par contre pour l’écriture de la musique cela est différent:

…l’écriture musicale semble distincte de la production du langage ou du traitement de la musique : le célèbre compositeur Maurice Ravel a souffert à partir de 1933 d’une maladie neurodégénérative qui l’a empêché d’écrire des partitions de musique alors qu’il se rappelait parfaitement ses compositions passées et avait même son futur opéra, jamais écrit, dans sa tête [57, 58]. À l’inverse, le compositeur russe Shebalin fut victime d’une attaque cérébrale en 1953 qui le laissa dans l’incapacité de parler ou comprendre la parole alors même qu’il ne cessa jamais d’écrire des partitions [26].(Planet Vie :Comment le cerveau décode-t-il la musique ?

Planet Vie

Amusant, non? Moi je trouve le monde, que dis-je, l’univers de la musique, absolument fascinant! Bon, revenons à nos moutons !

Mais alors à quoi servent les partitions ?

Évidemment, si on peut jouer d’oreille, et jouer de la batterie sans partition, pourquoi lire ou écrire des partitions?

La fiabilité de la transmission orale

Vous avez déjà entendu une rumeur? Une personne dit à une autre: ”il paraît que la mère de Michelle n’arrive plus a enfiler le fil dans son aiguille”. Une autre colporte la nouvelle: ”savez-vous que madame Michelle ne trouve plus le chat de son aiguille” et ainsi de suite jusqu’à ce que tout le monde chante: “C’est la mère Michele qui a perdu son chat!” Plaisanterie mise à part, la fiabilité des informations auditives perçues et retransmises est dépendante de notre audition et de notre mémoire auditive. Si la première personne dans notre exemple avait écrit sur un papier la constatation que la mère de Michelle n’y voyait plus très bien, nous ne chanterions pas cette jolie chanson !

La mémoire auditive

La mémoire auditive

Pour jouer de la batterie, nous avons besoin de mémoire auditive, de mémoire gestuelle et de mémoire visuelle (dans le cas de lecture de partition). La mémoire auditive nous permet de “stocker” un rythme pour le reproduire. Voici la définition que donne Sebastien Martinez:

… la mémoire auditive appartient au groupe des mémoires perceptives  (ou sensorielles). Elle permet de décrypter et stocker des informations de nature auditives : des sons, des bruits, des voix, des notes de musique, des paroles, etc. Elle est constamment sollicitée par notre mémoire à court terme pour retenir et réutiliser les informations sonores du quotidien pendant un laps de temps très bref.

Sebastien Martinez

Mais nous ne sommes pas tous égaux devant le grand autel de la mémoire:

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous ne sommes pas nés avec une mémoire auditive plus ou moins performante selon les individus (quoique cette disposition peut déjà se développer pour l’enfant régulièrement exposé à des sons dans le ventre de sa mère). C’est en grandissant, au cours de nos phases d’apprentissage et dans l’utilisation  que l’on en fait tous les jours que cette faculté gagne ou perd en efficacité. Autrement dit, Mozart n’est pas arrivé au monde avec un don inné pour mémoriser  les compositions musicales, mais il a acquis cette capacité extraordinaire à force de travail  et de passion.

Sebastien Martinez

Si vous avez comme Mozart, une excellente mémoire auditive, vous n’aurez aucun mal à jouer un morceau de batterie sans partition. Sinon, les partitions sont là pour suppléer à ce petit défaut de mémoire que certains d’entre nous connaissent.

Donc la réponse à la question :“Est-ce que je peux jouer sans partition?” est une réponse normande: ni oui, ni non.

Oui, car bon nombre de musiciens ne connaissent pas le solfège, ce qui ne les a pas empêchés de jouer (John Bonham, batteur de Led Zeppelin, pour ne citer que lui ), et non, car cela dépend de vos capacités à reproduire et mémoriser un rythme, un morceau, un répertoire.

Alors qu’est-ce que je fais?

Vidéoscore exemple

Et bien c’est assez simple: essayez de jouer un des morceaux proposés dans Jejouedelabatterie.com, vous avez le choix. Vous disposez d’une vidéoscore, donc avec partition, mais aussi d’un playback drumless. Vous pouvez très bien regarder la vidéoscore où vous me voyez jouer le morceau et essayer ensuite de le reproduire, sans lire la partition avec le playback drumless. N’oubliez pas la version simplifiée, si la vidéoscore originale vous semble trop complexe.

Si vous ne connaissez pas les vidéoscores, voici un exemple gratuit ICI

Dans les commentaires, dites-moi ce que vous en pensez et si vous-même jouez avec ou sans partition.

Marco

jejouedelabatterie.com

Vos commentaires:

3 réponses

  1. Bonjour marco,
    perso j’écris encore mes partitions mais sur des versions simplifiées je teste de découvrir la partition et l’architecture du morceau à l’oreille et à la vue avec seulement la vidéo.

    Merci encore pour ce que tu fais c’est génial et complémentaire a d’autres enseignement
    Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code